Petit lexique d’ici… Et pas d’ailleurs😊 

 Pour citer Yves Duteil, la langue de chez nous : 

«C’est une langue belle avec des mots superbes qui porte son histoire à travers ses accents»

En Provence, la multitude de parlers régionaux (patois, provençal, etc.) a donné naissance à de nombreux mots typiques qui peuvent parfois heurter votre compréhension.  

Mais pas de panique, nous allons partager avec vous les subtilités de « notre » langue si colorée et bien imagée. 

Voici donc ci-dessous quelques exemples parfaits de ces mots bien de chez nous ! 

Adésiasou adessias : signifie adieu, au revoir

Boulèguer : remuer, agiter : dans l’expression « allez boulègue un peu », cela veut dire dépêche-toi !

La Borie : la borie est à la base une petite cabane voûtée sommaire, montée en pierre sèche, qui servait autrefois d’abri aux bergers lorsqu’ils étaient surpris par le mauvais temps ou pour entreposer du petit matériel Vous trouverez de nombreuses bories qui ont, plus ou moins bien, résistées à l’outrage du temps dans le Pays de Grignan – Enclave des Papes : Chamaret, Chantemerle…  Attention, toutefois, car elles sont souvent installées sur des terrains privés, aussi merci de les respecter !

Les Brailles : signifie pantalon.

Bédigas :  personne sotte, bête.

Brèle : deux significations possibles : soit c’est une mobylette, soit désigne une personne incompétente, nulle.

Cabèches : désigne les toilettes, les WC.

Clafi : signifie rempli, plein. C’est clafi de champignons ici = c’est plein de champignons.

Dégun : désigne l’absence de personneY a dégun = y a personne.

Fada : désigne une personne un peu niaise, folle ou peut signifier « je te jure ».

Jaune : désigne non seulement la couleur mais aussi le pastis, boisson provençale par excellence(ou jaunet).

Jobastre : désigne quelqu’un de fou, dont les capacitéintellectuelles laissent à désirer.

Péquélet / péquélette : désigne quelque chose ou quelqu’un de petite taillesert aussi à désigner un enfant. Autres synonymespour enfant mais de manière plus affectueuse Pitchoun / Pitchoune/ Pitchounet / Pitchounette.

Peuchère : exprime la compassion, la pitié : le pauvre, la pauvre. Mais peut aussi avoir un sens un plus ironique. 

Le Soustet: les soustets sont à la Provence ce que sont les « Traboules » aux lyonnais… En effet, ce sont des passages sous voûtes, des ruelles couvertes, des petits tunnels passant sous des habitations. On en trouve par exemple un à Grignan, à Valréas il existe une rue des soustets, et à Richerenches un passage sous un soustet s’appelle Le trou du chien ! 

Certaines expressions, imagées et fleuries, peuvent parfois vous déconcerter comme par exemple : 

Fan de chichourle : sert à exprimer l’étonnement, l’exaspération ou l’admiration. Traduit mot à mot, cette expression ne veut rien dire cependant : fan = enfant et chichourle = jujube.

Aqui n’y a proun ! :  exprime la lassitude, l’exaspération :  Y’en a marre !

A l’an qué ven : signifie à l’année prochaine ! Se dit souvent en fin d’année pour se souhaiter de se revoir lors de l’année suivante. Vient de l’expression originale : À l’an que vèn, que se sian pas mai, que siguen pas mens » qui veut dire : à l’année qui vient, et si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins !

Faire la bèbe : faire la grimace pour montrer son exaspération ou sa préoccupation. Faire la moue.

Faï pas cau : signifie : il ne fait pas chaud !

Partir en biberine : partir en vrille, devenir fou, perdre la tête !

Teste d’aï : ne veut pas dire « tête d’ail » comme on pourrait le penser mais bien tête d’âne ! 

Et il y en a encore de nombreuses autres !  

N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire savoir les mots ou expressions que vous connaissez et qui ne seraient pas présents dans ce petit « Lexique » afin de l’enrichir 😉. 

Et pour ceux d’entre vous qui le souhaitent, pour le plaisir de vos oreilles, un clic et vous (re)découvrirez cette belle chansondu siècle dernier.