Valaurie, est un village  perché, établi sur le versant méridional de la colline, restauré, typique de la Drôme provençale, avec ses calades particulièrement bien entretenues, ses champs de vigne, de blé et de lavande.

Valaurie a des origines qui datent de l’époque préhistorique comme en témoignent les ateliers de tailles de silex trouvés dans certains quartiers. Toutefois, les documents recensés permettant de retracer son histoire ne remontent qu’au IXe siècle.

Le nom de Valaurie peut trouver son origine dans son environnement, où se mêlent les grès et les sables, « ocre jaune et ocre rouge », avec ses falaises ruiniformes colorées. Il faisait partie, dans l’Antiquité, de la zone d’influence attachée à des cités comme Le Pègue et Grignan. Cette situation lui valut une fréquentation importante et une grande prospérité.

On y retrouva beaucoup de vestiges de cette période, dont un grand nombre de monnaies probablement enfouies lors des invasions du IIIe siècle. Il y a une trentaine d’années, on découvrit dans le village un cimetière mérovingien qui fit l’objet de fouilles.

 

Les premières fondations de l’église Saint Martin datent du Ve siècle. L’église actuelle est fondée aux XIe et XIIe siècles, construite curieusement en dehors du village. Elle est la seule en Tricastin à posséder dans son intégralité un clocher porche. Le corps et la nef de l’église sont du pur style roman et l’abside est semi-circulaire à l’intérieur et pentagonale à l’extérieur, ce qui en fait l’originalité et la rareté. Cette église, parfaitement représentative de l’Art Roman Provençal des XIe et XIIe siècles, illustre une des plus belles périodes de l’histoire de la Provence, à l’origine d’un patrimoine architectural d’une ineffable beauté. Une pierre frontale dans l’église est datée de 1305. La cloche, dédiée à Marie, reine de France, fut fêlée à la libération, refondue et bénite.

Il reste peu de traces du château médiéval, mais on peut encore admirer les remparts au nord du village, surplombé de leur chemin de ronde, restes d’une destruction partielle en 1589 et de l’érosion du temps. Quelques lignes « pierreuses » sont visibles au sud avec des tours d’appui qui donnent un certain cachet et rendent pittoresques les maisons médiévales. La dernière grande restauration des remparts date de la fin du XVIe siècle, avec le remplacement des archères par des couleuvrines et un nouveau portail du côté nord, fermé par une porte de bois, mais sans herse.

Le lavoir (fin XIXe) a été inauguré en 1897 par M. Emile Loubet.

Le 8 septembre 1849, naissait à Valaurie Lucien Duc, poète félibre « Mestre en gaï-sabé dou felibrige ». Son buste, en bronze, est installé à quelques mètres à peine de sa maison natale.

Situé à 800 m du village, le Domaine d’Eyguebelle raconte l’histoire de la fabrication de sirops et de liqueurs, de 1711 à nos jours. (Entrée gratuite).

 

Précédent

Taulignan

Suivant

Valréas